mercredi 18 juillet 2012

"On m'a demandé de vous calmer" - Stéphane Guillon






"On m'a demandé de vous calmer"
Stéphane Guillon
Édition Points, 2010
328 pages
 
Genre(s) : Humoristique

.
 .
  . 


  .
  . 
Résumé :
  .
"Le patron de Radio France me propose un thé vert. Deux énormes théières trônent sur une table de réunion ovale. Je décline l'offre.

"Vraiment? Vous ne voulez rien boire?"


S'ensuit une longue discussion sur l'humour, ses limites, ce qui est drôle, ce qui ne l'est pas...

Bizarrement ma tête bourdonne, je repense à mes débuts, mes galères, mes premiers pas sur scène, mes premières chroniques radio, avec toujours le même but: faire rire les autres... Et puis j'entends cette phrase étrangement menaçante: "On m'a demandé de vous calmer".
Comme si quelqu'un venait de siffler la fin de la récré."

S.G.
.
 .
Mon avis :
  .
De Stephane Guillon je ne connaissais que ses apparitions télé sur lesquelles je suis tombée de temps en temps -et qui m'ont toutes fait rire-, je n'ai jamais eu l'occasion de l'entendre à la radio (je n'écoute jamais cette dernière en même temps !) et ce recueil de chroniques était l'occasion de rattraper mon retard.
Et j'ai bien fais car cela a été un excellent moment de lecture, j'ai eu le sourire du début à la fin et bon nombre d'éclats de rires; Stéphane Guillon prend pour cible les hommes politiques mais pas seulement, tout et tout le monde y passe, certaines chroniques sont un peu plus faibles que les autres mais globalement j'ai été ravie de retrouver l'humour noir, le cynisme, l'ironie et les phrases sans détour de Guillon, j'ai maintenant hâte de lire ses autres livres, s'il sont du même niveau que "On m'a demandé de vous calmer" j'ai de quoi me poiler encore un moment !

Pour le plaisir, quelques extraits :

Les jeux paralympiques

Aujourd'hui, je vais vous parler des Jeux paralympiques, qui réunissent actuellement à Pékin les plus grands athlètes handicapés du moment : Paraplégiques, tétraplégiques, amputés, aveugles, infirmes cérébraux... C'est la crème du handicap, ce qu'on fait de mieux !
Les sourds ont étés déplacés. Ils participent dorénavant aux Deaflympics : sur les départs de courses, ils partaient ou trop tôt ou trop tard, c'est ingérable ! Et puis en cas de victoire, jouer son hymne national à un sourd... en tout cas, la compétition est magnifique. Avec le décalage horaire, c'est retransmis la nuit à la télé... C'est une vraie leçon de courage. Si, si... se lever en pleine nuit pour voir des athlètes handicapés faire du sport, c'est courageux.
Moi, je n'ai aucun mérite : avec mon papier à écrire pour France Inter, je veille... Cette nuit, je suis tombé sur la natation synchronisée... enfin, désynchronisée pour le coup.
Je n'ai pas tout de suite compris de quoi il s'agissait : j'ai d'abord vu une jambe sortir de l'eau, une seule, puis un bout d'épaule... J'ai cru qu'il s'agissait du film de Steven Spielberg, Les dents de la mer, après le passage du requin.
Mais j'ai adoré. Les suédoises médaillées d'or... Magnifique ! Il y en a qui ont gueulé, qui ont dit que c'était de la triche... C'est vrai que le fait d'être siamoises, en natation synchronisée, c'est un avantage.
Les frictions sont inévitables. Le Rwanda, par exemple, qui, chaque année, affiche un très grand nombre d'athlètes amputés, ça fait des jaloux.
[...]
Il y a des épreuves incroyables, je vous encourage à regarder. Demain à une heure du mat', le water-polo pour paraplégiques : toutes les minutes, les fauteuils sont hissés à la surface. En cas de faute, on replonge l'athlète.
Mercredi, le tir à l'arc pour non-voyants : exceptionnellement, l'accès aux tribunes est gratuit.
[...]
Vraiment, je vous encourage à regarder et même, si vous pouvez, à vous y rendre, d'autant qu'avec les chinois, l'organisation est impeccable. En revanche, si vous êtes valide, n'y allez pas en voiture : toutes les places de parking sont "handicapé".
Il n'y a que trois places pour les valides. On les reconnait facilement : une paire de jambes est peinte sur le bitume. Mais soyez sur que neuf fois sur dix, y a un connard en fauteuil qui vous la pique.
Voila, j'avais très envie de vous parler de cet événement un peu boudé par les médias... Hormis évidemment, la défaite des Bleus face à l'Autriche. Oui, ce sont des valides, mais entrainés par un infirme cérébral. Trouble du comportement, le sujet ne s'épanouit que dans la défaite : élimination en coupe du monde, il demande sa femme en mariage; demain, après la déculottée face à la Serbie, il voudra un troisième enfant.
L'important, c'est de participer... Mais quand même !


Le scanner corporel

Papier assez court ce matin, je préviens. L'heure supplémentaire m'a planté... On pense qu'on a le temps, on traîne et on se retrouve dans la position du lièvre.
Papier court mais un peu cul aujourd'hui. Il fait moche, c'est la Toussaient, on a les enfants sur le dos, faut leur trouver des activités... Et, à part partir trois jours chez papi-mami... Pas plus, on a tout perdu en Bourse. Je ne vois pas grand-chose de distrayant, alors autant parler cul.
Ou pour les grand dépressifs, acheter le DVD des Ch'tis qui sort mercredi... Il pleut, ce sera raccord.
Dans quelques mois, si vous prenez l'avion, vous aurez au moins le privilège de tester le tout nouveau scanner corporel. un joujou ultra-sophistiqué qui permet aux douaniers de voir le passager entièrement nu lors des contrôles de sécurité, parties génitales compris.
Si vous avez un testicule plus qu'un autre, un tatouage sur la fesse, un piercing sur le gland, le douanier pourra s'en amuser et adresser un clin d'oeil complice à son collègue.
Le scanner corporel suscite déjà la polémique.
Ses défenseurs plaident pour une plus grande efficacité en matière de lutte contre le terrorisme. Selon eux, voir un passager nu évite toute dissimulation d'objet dangereux.
Fini les interrogations du style : est-ce un voyageur très excité à l'idée de croiser des hôtesses de l'air ou un dangereux terroriste qui cache un flingue dans son caleçon ?
[...]
En France, l'aéroport de Nice a été choisi pour tester en premier le nouveau scanner. Vu l'âge très avancé de la population niçoise, je plains de tout cœur nos amis douaniers.
A moins de livrer la machine samedi prochain pour Halloween...
[...]
Connaitre intimement un individu peut aussi nous révéler de divines surprises. Est-il normal qu'on ait dû attendre la mort de sœur Emmanuelle pour apprendre qu'elle pratiquait frénétiquement la masturbation ?
Une info qui fait du bien, qui rend heureux, qui soulage presque... Sœur Emmanuelle était comme nous : joyeuse, angoissée, vivante, avec parfois la main dans la culotte.
En pleine crise financière, alors que le moral des français est au plus bas, sœur Emmanuelle a su avec des morts simples et sincères nous redonner espoir.
Comme disait Alfred de Musset : "Cette voix du cœur qui seule au cœur arrive."
J'espère que les catholiques les plus durs sauront entendre son message. Fini la branlette en cachette, la branlette coupable... Place à la branlette joyeuse et assumée ! On peut croire en Dieu, aimer et aider son prochain et le soir venu se caresser joyeusement le clitoris.
Alors tous ensemble mes frères, tirez-vous sur la tige, alléluia !


Trop de célébrations tuent les célébrations !

Aujourd'hui, c'est le 11 novembre, c'est férié, 7h56 du matin tout le monde pionce, personne n'écoute... je vais donc en profiter pour dire quelques conneries.
Et en même temps, je soupçonne la petite poignée de malades qui nous écrivent d'être capables de se lever aux aurores, même un jour férié, pour le plaisir de nous espionner : des auditeurs moins nombreux mais totalement névrosés, mes préférés !
Un 11 novembre particulièrement triste puisque cette année nous n'avons plus de poilu vivant...  part Demis Roussos.
Une question se pose, faut-il dès lors conserver cet anniversaire ? Une commission présidée par un historien dénonce l'excès de commémorations et propose d'en réduire le nombre.
C'est vrai que, à force de célébrer tout et n'importe quoi, on ne sait plus qui pleurer ! J'ai compté (oui, je me suis fais chier) que, dans une année, 191 journées commémorent quelque chose !
A chaque mois ses charmes : le mois de mai, par exemple, compte à lui seul 26 journées mondiales. On ne peut même plus faire les ponts. Si vous les faites tous, vous débordez sur juin.
En octobre, on ne célèbre que des trucs glauques : la journée mondiale de la ménopause le 18, de l'ostéoporose le 23, des accidents cérébraux le 29...
Il y a de tout, vous avez à la fois des choses très graves : la journée de la faim, le génocide du Rwanda, mais aussi : la journée du pied.
Attention, vous avez des gens qui ont été victimes d'ampoules ou de panaris très douloureux et qui une fois par an veulent s'en souvenir. C'est ça la difficulté : personne ne veut renoncer à sa journée !
Mais attention, on trouve aussi des trucs rigolos, le 27 avril : journée mondiale des secrétaires et des ajointes administratives. C'est la journée préférée de DSK. En revanche, pour la journée européenne de la prostate le 15 septembre, il reste terré chez lui, terrorisé par l'idée.
[...]
Évoquons également les ultra-privilégiées, les non-voyants par exemple, ils ont trois fêtes : le 7 octobre, journée mondiale des aveugles, le 10, journée mondiale pour la vue, le 15, journée internationale de la canne blanche. Ça donne envie ! Alors que les sourds n'ont qu'une seule journée, le 13 mars... Du coup, France Inter fera une programmation spéciale pour eux.
[...]
Certaines dates ont déjà été regroupées : le 10 septembre, c'est à la fois la journée mondiale de prévention du suicide et la journée mondiales des premiers secours. (Sauf sans les prisons françaises où on laisse les gens se suicider sans secours.)
Il reste des domaines où ils ont raté le coche : le 15 octobre, journée mondiale du lavage des mains, le 16, journée mondiale de la faim dans le monde... et comme tout le monde s'en lave les mains, il faudrait faire ça le même jour !
Finalement, quand on examine certains anniversaires, certaines causes, on se dit que la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, ce n'est pas que le 21 septembre, c'est tous les jours.
A demain... Peut-être... Je ne sais plus !


Ma note :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire