mardi 21 août 2012

Le Voleur d'ombres - Marc Levy

 
 
 
 
Le voleur d'ombres
Marc Levy
Édition Robert Laffont, 2010
288 pages
 
Genre(s) : Contemporain, Fantastique

.
 .
  .
.  .
 . 
 
 .



Résumé :
.
Et si l’enfant que vous étiez rencontrait l’adulte que vous êtes devenu…
« - Maintenant, assieds-toi, il faut que l’on parle, a dit l’ombre.
Je me suis assis en tailleur sur le sol.
- Tu as un pouvoir très rare, il faut que tu acceptes de t’en servir, même s’il te fait peur.
- Pour quoi faire ?
- Trouve pour ceux dont tu dérobes l’ombre cette petite lumière qui éclairera leur vie, un morceau de leur mémoire cachée, c’est tout ce que nous te demandons.
- Nous ?
- Nous, les ombres, souffla celle à qui je m’adressais.
J’ai souri, je comprenais très bien de quoi elle parlait. »
.
 
 .
Mon avis :
. 
Après avoir lu "La prochaine fois" qui était sympa, "7 jours pour une éternité" qui était moyen, et "Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites" qui était merdique (désolée pour ceux qui aiment mais je ne trouve pas d'autre mot, et encore je me trouve relativement gentille...), je m'étais promis l'an dernier de ne jamais relire cet auteur, mais grande tarée que je suis, quand j'ai vu "Le voleur d'ombres" à la médiathèque j'ai voulu lui accorder une toute dernière chance (voilà ce qu'il se passe quand on sort et qu'il fait chaud, on se ramasse un coup de soleil sur le citron et on fait n'importe quoi ensuite !)
Mais là c'est bon, j'ai ma dose, Levy et moi c'est fini, et je ne reviendrai pas là dessus, je crois que je préférais me taper un livre de Maupassant (que je déteste) que de lire un autre titre de Levy (Maupassant c'est peut être chiant et déprimant mais au moins cela ne me donne pas l'envie de gerber !)

Parce que ce qui me gêne le plus dans les livres de Marc Levy, ce n'est pas particulièrement les intrigues ni le style, bien que ce ne soit pas fameux je pourrais à la rigueur apprécier de temps à autre, mais c'est impossible à cause de tout cette niaiserie ambiante, c'est mielleux d'un bout à l'autre, moi qui ne supporte pas cela je pense que ce serait plus reposant pour mes nerfs de lire un roman à l'eau de rose avec la musique des bisounours en fond sonore que de lire un titre de Marc Levy, parce que finalement le bouquin à l'eau de rose c'est débile mais c'est délibéré (comment ça, ça l'est pas ?!) et c'est limite amusant à lire !

Si l'on oublie cette guimauve écœurante, ce titre avait pourtant moyen de me plaire, cette histoire d'ombres n'était pas mauvaise du tout, mais c'est à peine si l'auteur exploite l'idée, le livre se concentre surtout sur la vie du héros dans son enfance et lorsqu'il devient étudiant quelques années plus tard, j'ai eu le sentiment que son "pouvoir" faisait office de bouche trou et surgissait quand cela arrangeait Marc Levy pour faire avancer son histoire, c'est évoqué sur moins de cinquante pages et finalement on ne sait pas grand chose la dessus, cela reste superficiel et donc décevant.
En fait, comme lors de mes précédentes lectures, j'ai l'impression que l'auteur nous pond une intrigue juste pour pouvoir y intégrer une romance, le reste passe au second plan, je n'ai rien contre les histoires d'amour (enfin sauf quand elles sont aussi niaises...) mais quand elles sont aussi peu intéressantes et qu'elle empiètent sur une histoire qui aurait pu être sympathique à lire, cela m'agace !
Et puis, bien sur comme d'habitude chez Marc Levy, les choses sont prévisibles, question surprises et rebondissements je pouvais toujours attendre !

Bref, absolument rien n'a su éveiller mon intérêt au cours de ma lecture, l'histoire m'a ennuyée, la plume est toujours aussi fade et tous les bons sentiments m'exaspèrent, les livres de Marc Levy ne sont définitivement pas faits pour moi, et je continue à me demander pourquoi ils reçoivent un tel succès...


Ma note :
 

3 commentaires:

  1. Réponses
    1. Tu m'en veux pas trop de l'avoir démoli ? ^^' =D

      Supprimer
  2. J'ai adoré l'ambiance du livre mais je regrette un peu que l'on ne parle pas (un petit peu) plus des ombres... Cela dit, je suis d'accord avec toi pour dire que j'aurais préféré que ce soit moins mielleux (même si ça ne m'a pas dérangée sur le coup !).

    RépondreSupprimer