mardi 13 novembre 2012

Wendigo - Graham Masterton

.
.
 .
Wendigo
  Graham Masterton
Édition Bragelonne, 2009
Traduit par François Truchaud
334 pages
 
Genre(s) : Horreur

. .

  ..  .  . 
  .  

.
 .
Résumé :
.
Lily Blake est agressée en pleine nuit par deux hommes masqués qui se sont introduits dans sa maison. Ceux-ci kidnappent ses deux enfants. Pendant des semaines, le FBI essaie de les retrouver, mais en vain. En désespoir de cause, Lily a recours aux services d'un détective privé d'origine indienne, John Shooks. Il lui propose de demander à un chaman sioux de faire appel à un esprit de la forêt, le Wendigo, pour les retrouver. Le prix à payer pour ce service est un terrain du côté de Mystery Lake que l'agence immobilière de Lily a l'intention de vendre pour y construire un ensemble résidentiel haut de gamme. Or ces terres appartenaient aux Sioux avant qu'elles leur aient été volées dans les années 1850. Lily est bientôt entraînée dans le monde sanglant et destructeur du Wendigo et apprend au détriment de sa famille qu'il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir et la force d'un esprit...
.
 .
Mon avis :
.
Quand j'ai découvert ce livre à la médiathèque, j'ai directement eu envie de le lire, d'une part parce qu'il écrit par Graham Masterton, nom bien connu de l'horreur que je n'avais pas encore eu l'occasion de lire et d'autre part car ce livre faisait intervenir le Wendigo, créature que je n'avais encore jamais croisé (enfin si dans un épisode de Charmed où l'une des sœurs se transforme en Wendigo... on a les références qu'on a hein... vie de merde pour moi et ma culture pour le coup !) et dont je ne connaissais que très peu de choses.
Alors qu'a donné ma première rencontre avec cet auteur et avec cette bestiole ? Et bien pour que vous ayez une petite idée, ma première pensée après avoir refermé le livre a été : "Putain mais quel livre de merde !" (non je vous assure que je ne suis pas grossière, j'aurais pu l'être cent fois plus et aussi dire que ce bouquin avait plus sa place dans les chiottes que dans une bibliothèque soit dit en passant !), mais comme vous n'êtes pas là pour lire mes phrases ô combien poétiques, je vais essayer d'expliquer pourquoi ce bouquin m'a paru aussi pourri, et je suis désolée mais ma chronique va être très longue (et très négative mais ça vous l'avez sûrement déjà compris !)

Et puis vu que ce bouquin m'a bien ennuyée, j'ai envie de faire ma garce et de parler d'abord du meilleur pour finir par le mauvais (mouahahaha). Enfin le meilleur sera expliqué en deux lignes, étant donné que cela se limite à deux ou trois scènes bien impressionnantes où la tension est palpable et où on pourrait croire que ce livre est un bon livre d'horreur (mais bon s'il suffisait de trois scènes réussies pour faire un bon bouquin, ça se saurait !)

Vu que nous avons fait le tour du positif (oui oui déjà !), passons maintenant à la partie drôle (enfin quand je dis "drôle" c'est manière de dire, personnellement pendant ma lecture à force je ne savais plus si je devais rire ou pleurer !), bref parlons du négatif, et il y a de quoi faire car première scène : première bêtise de Lily (l'héroïne) et également premier cliché digne d'un mauvais thriller / film d'horreur, l'héroïne voit deux inconnus chez elle et ne trouve rien de mieux à faire que de leur demander ce qu'ils font chez elle ! (Ça c'est comme les personnages de films qui se sont fait capturer et qui juste avant de crever lance au bad guy "Mais pourquoiiiii vous faites çaaaaa ?" c'est le même genre de connerie !)
Personnellement mon premier réflexe si je trouve deux mecs baraqués et masqués chez moi c'est d'essayer de me barrer et si je n'ai pas moyen d'atteindre la sortie, de hurler et de trouver une façon de les latter (même si à deux contre une, avec mes petits bras, même avec des coups répétés dans les bijoux de famille, j'ai peu de chances de m'en sortir !) mais au moins j'aurais eu le mérite de réagir, et pas rester plantée comme une endive, et leur servir le thé en leur demandant la raison de leur présence !
Puis, comme si cela ne suffisait pas, cette cruche d'héroïne, après avoir taillé une bavette avec les intrus, précise que ses enfants sont à l'étage... Bien sur, bien sur... Donc on ne sait absolument pas à quel point ces intrus sont malades, peut être qu'ils vont lui faire subir les pires horreurs, et elle, elle trouve tout naturel d'évoquer ses gamins, après tout on ne sait jamais, si les deux tarés ont dans l'idée de faire mumuse avec les enfants en leur arrachant leurs petits doigts, on va pas les priver !
Non mais vraiment, je suis restée sciée sur le moment, si j'avais été dans sa situation, s'il y a bien une chose que je n'aurais pas faite c'est de parler des autres personnes se trouvant dans la maison, il y a une chance (enfin façon de parler) sur deux pour que les deux musclors soient là uniquement pour s'occuper de mon cas, alors je ne vais pas entraîner mes proches dans cette merde en prime !

Et les choses ne s'améliorent pas par la suite, ce livre est rempli d'idioties et d'énormités, l'auteur avait du se faire un cocktail cocaïne-cannabis-panaché pour nous servir une histoire pareille, je ne peux pas tout vous relever (car il faudrait recopier le livre en entier) mais voila tout de même un best-of du pire :

Toujours avec la stupidité de l'héroïne; après avoir visité une cabane abandonnée où elle pensait trouver ses enfants, elle désespère et lâche sur le chemin du retour "si seulement les bonhommes de neige pouvaient me dire où il se trouvent" (Hahahahahahahahaha... hmmm excusez moi je me reprends), quelques pages plus loin, logiquement je pensais que Lily serait prête à tout pour retrouver ses rejetons, mais finalement lorsqu'un de ses amis lui présente un détective privé qui pourrait éventuellement trouver une piste, elle... refuse ! Là il y a vraiment quelque chose qui m'échappe, cela fait des mois que les flics recherchent les enfants, sans le moindre résultat; elle même ne me donne pas franchement l'impression d'être morte d’inquiétude à leur sujet, mais quand un infime petit espoir fait son apparition, ELLE REFUSE ??? Mais c'est quoi cette mauvaise mère vraiment ?! Non seulement elle balance aux deux psychopathes qui s’introduisent chez elle que ses enfants sont à l'étage du dessus, et maintenant quand il y a possibilité de les retrouver, elle ne veut pas ? Non mais ce n'est pas possible, en fait elle prévoyait de faire un infanticide depuis longtemps, et là c'était l'occasion rêvée de se débarrasser de ses mioches sans même se salir les mains, c'est la seule explication que je trouve !
Bon heureusement, juste après elle décide de tenter le coup mais je me suis vraiment demandé ce qui n'allait pas dans sa tête à celle là, à mon avis une transplantation de cerveau ne lui ferait pas de mal !

Un peu plus loin dans le livre, quand on retrouve un homme tué et à moitié dévoré, Lily met des plombes à comprendre que c'est dû au Wendigo, et une fois que c'est bien rentré dans son crâne de piaf, elle est choquée et demande confirmation au détective qui lui rappelle que Wendigo = cannibale (information qu'on lui a apprise quelques jours auparavant) et elle ose rétorquer "Je n'avais pas compris", punaise mais ce n'est pas possible d'être aussi idiote, euthanasiez là enfin ça rendrait un grand service au monde !

En dehors de Lily qui est aussi intelligente qu'une porte, l'histoire possède également son lot de stupidité, notamment : pourquoi les deux agents du FBI passent leurs journées à appeler Lily pour lui dirent que deux enfants qui pourraient être les siens ont étés vus quelque part, mais que finalement ce n'était qu'une erreur et ce n'étaient pas eux; à quoi ça sert ? A par faire une faux joie genre "Ah on a retrouvé vos enfants... ah nan fausse alerte, ce n'était pas eux !" C'est deux gros sadiques ces agents en fait !

Ou encore : lors d'un dialogue entre Lily la débile et son patron, ce dernier évoque le foulard que Lily porte sur la tête (ses cheveux ont cramé et depuis elle les rase, ne me demandez pas pourquoi, la logique et elle ça fait deux de toute façon; enfin si elle les rase parce que selon elle c'est un symbole de sorcière guerrière, et que ça montre à quel point elle est déterminée à récupérer ses enfants...


[veuillez excuser cette interruption, l'auteure de cette chronique est partie mourir de rire dans un coin !])


puis, à un moment, le dialogue ressemble à ceci : -"Il y a une dernière chose... vos cheveux. votre façon de vous raser la tête, et mettre ce foulard. Beaucoup de clients ont eu l'impression que vous suiviez une chimiothérapie et franchement, Lily, cela ne les met pas dans une disposition d'esprit très favorable.
- Oh ils pensent que j'ai un cancer ? Comme cela doit être déprimant pour eux !
- Je sais. Je sais que ce n'est pas très charitable. Mais si des gens pensent que leur agent immobilier est atteint d'un cancer, cela ne les met pas dans une disposition d'esprit très propice pour acheter."

Bon la réplique de Lily est ironique d'accord, mais rassurez-moi, celle du patron aussi ? C'est tout de même pas une phrase à prendre au premier degré ? Non parce que depuis que le cancer a fait irruption dans la vie d'un de mes proches, j'ai une fâcheuse tendance à vouloir péter la tête à toutes les personnes qui se disent désolées, ou qui montrent qu'elles ont pitié de nous; et là une réplique comme celle la, elle me donne envie de hurler que NON UNE PERSONNE ATTEINTE D'UN CANCER NE NOUS MET PAS FORCEMENT MAL A L'AISE ET QU'ELLE RESTE UNE PERSONNE NORMALE, MERDE !
De toute façon, je ne sais même pas pourquoi je me met en colère, c'est un bouquin rempli de tellement de conneries que c'est obligatoirement une grosse blague à prendre au second degré, le prendre au sérieux c'est juste mission impossible, à moins de prendre une dose de LSD juste avant !

Dernière chose que je trouve sidérante (après promis, j'arrête, si jamais vous avez envie de lire ce truc, je ne vais pas vous enlevez tout le plaisir de la découverte, en admettant qu'on puisse prendre plaisir à lire ce bouquin, c'est à dire en étant masochiste !), Benny, le patron de Lily, choisit pile ce moment pour commencer à draguer cette dernière, donc je récapitule : Lily a failli se faire brûler vive, a perdu ses enfants qui ont été kidnappés par on ne sait qui et qui sont on ne sait où; et lui, il lui fait des avances maintenant, "ses enfants ont disparus mais on ne sait jamais je vais essayer de me la taper, elle dira peut être oui maintenant" ce n'est pas un tout petit peu déplacé non ?

Et tout cela ne représente que les 170 premières pages du livres, et il en compte 334, vous imaginez un peu la souffrance psychologique que cela représente ?!
C'est limite si à la dernière page je m'attendais à trouver un mot de l'auteur dans ce goût là "Ah je vous ai bien eu, je vous ai fait croire que c'était un livre d'horreur, en fait c'est un comédie !"

Outre ces innombrables bêtises, le livre nous offre aussi quelques clichés, je vous ai déjà parlé de l'un d'entre eux un peu plus haut mais nous avons également le droit à celui de l'armoire à pharmacie, vous avez forcément déjà vu ce petit effet de surprise dans quelques films et qui consiste à placer le héros ou l'héroïne devant le miroir de son armoire à pharmacie, de lui faire ouvrir pour qu'il/qu'elle prenne quelque chose, puis de lui faire refermer et de découvrir que tadam... quelqu'un se trouve dans son dos et se reflète dans le miroir ! Et bien moi qui croyait que plus personne n'utilisait ce "rebondissement" dont tout le monde a usé et abusé, Graham Masterton m'a démontré le contraire, il fallait oser !
Je ne peux pas vous parler des autres stéréotypes car ce serait des spoilers, mais il a vraiment de quoi s’énerver, j'ai tellement levé les yeux aux ciel que j'ai cru qu'ils allaient rester bloqués !

Malgré tout, les 330 pages se lisent vite (manquerait plus que ce soit difficile à lire en plus !) mais les personnages sont tellement insipides que je me fichais éperdument de leur sort.
Quant au style, c'est pareil c'est fade, quand je lis un livre d'horreur, j'attends à être angoissée, à frissonner, à ce que l'histoire m’empêche de dormir la nuit, et là ce n'est pas du tout le cas.

Et ce qui est le plus dommage, c'est que le Wendigo est une créature charismatique et effrayante, et que sans tout ces défauts et avec une héroïne digne de ce nom, ce bouquin aurait pu être vraiment plaisant à lire; mais cela n'a pas du tout marché, j'essaierai sûrement de lire un autre titre de Graham Masterton mais j'ose espérer que le contenu sera meilleur que "Wendigo" !


Ma note :
 
Sans-titre-2-copie-1.jpg

6 commentaires:

  1. J'ai lu un bouquin de cet auteur... et je n'avais pas du tout aimé!! Je m'étais promis d'en lire un autre, j'hésite carrément, là!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe tu me fais peur :s =D
      En tout cas si tu fini par te décider à en lire un autre, ne choisis par "Wendigo" c'est un coup à te dégouter et à te faire perdre quelques neurones en route ! =D
      Biz ^^

      Supprimer
  2. Quand j'ai vu la couv et le titre je me suis dit "ah sympa" (et moi aussi j'ai la même référence que toi pour le Wendigo ^^) mais vu ton avis, je vais passer à côté sans mal ! Merci, encore une fois tu m'as bien fait rire, Audrey !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Ah vie de merde pour ta culture aussi alors =D)
      Après je n'ai pas lu d'autre chroniques sur le bouquin, donc c'est peut que moi qui ai un problème et qu'en fait il n'est pas pourri maiiissss j'en doute =D Donc oui je pense que tu ne loupes pas grand chose =D

      Supprimer
  3. Coucou Auudrey ! Je ne connaissais pas ce roman de Masterton, mais voila chose faite ;-) Ta chronique est hilarante et j'ai beaucoup rit en te lisant ^^ Merci pour ce bon moment !
    Certains Masterton sont en effet et pardonnez-moi l’expression "nuls à chier", mais d'autres sont par contre très plaisants, comme par exemple "Le portrait du mal" ou encore "Démences".
    En tout cas, il est certain que je ne tenterai pas Wendigo :-P

    Je met la liste de tes lectures à jour dès que possible ;-) Mais en attendant je te souhaite une excellente soirée et des bonnes lectures !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci =D J'ai bien ri en l'écrivant aussi (beaucoup plus qu'en lisant le bouquin d'ailleurs !)
      Ah oui "Le portrait du mal" m'attirait bien lors de ton précédent challenge horreur mais je n'avais pas eu le temps de l'acheter, je pense que ce sera mon prochain Masterton !

      Merci ^^ Bonne soirée à toi aussi, et bonnes lectures ;)

      Supprimer