samedi 1 décembre 2012

Débutantes divorcées - Plum Sykes

.
.
.
Débutantes divorcées
Plum Sykes
Édition Pocket, 2008
Traduit par Christine Barbaste
281 pages
 
Genre(s) : Chick-lit

.
 
 
 .
 
 
  .
.
Résumé :
.
Hier encore, à Manhattan, le mariage était à la mode. Aujourd'hui, c'est le divorce. Car pourquoi s'encombrer d'un époux lorsqu'on a déjà tout ? Mais Sylvie résiste : mariée à un producteur plein de charme et aux petits soins, elle refuse catégoriquement de suivre la nouvelle tendance. Même quand Hunter l'abandonne au Mexique en pleine lune de miel pour aller signer un contrat juteux. Et ce n'est pas son amie Lauren, New-Yorkaise fraîchement divorcée, qui la fera changer d'avis. Mais pourquoi cette garce de Sofia tourne-t-elle ainsi autour de son mari ? Alors, mariage ou divorce ? Rétro ou tendance ? Sylvie et Hunter braveront-ils les tempêtes ou céderont-ils à la tentation ?
.
 .
Mon avis :
.
Malgré tous les reproches que j'ai pu entendre sur les livres de l'auteure, je voulais tout de même me faire ma propre opinion, alors quand j'ai vu ce titre à la médiathèque, je n'ai pas hésité, mais maintenant je comprends très bien toutes les critiques car même en cherchant bien je n'ai pas réussi à trouver un quelconque intérêt à cette lecture !

Tout ce que je déteste dans la chick-lit est présent dans ce livre (et pourtant je le dis et je le redis mais la chick-lit est un de mes genres préférés), le seul avantage de "Débutantes divorcées" c'est qu'il se lit vite,  parce que sinon je trouve cela mauvais sur tous les plans, l'héroïne (dont j'ai déjà oublié le nom alors que j'ai fini le livre il y a quelques heures à peine, vous voyez à quel point j'étais passionnée par ma lecture !) est insipide au possible, a autant de conversation qu'une lime à ongle et est naïve et influençable comme pas permis, une vraie carpette ! Quant à son cher époux (rencontré il y a six mois à peine... l'héroïne est donc une jeune femme très réfléchie en plus du reste !), Hunter, toutes les filles du livre passent leur temps à dire qu'il est à tomber, qu'il est parfait, etc, mais son soit disant charme ne m'a fait aucun effet, il est ennuyeux à mourir ! Quant aux autres personnages, il n'y a rien à en dire, aucun n'est creusé, ils se ressemblent tous, les hommes ne sont là que pour jouer les salopards pleins au as ou les salopards infidèles; et les femmes ne font rien d'autre que parler fringues et se plaindre des hommes, que c'est intéressant ! En fait, toute l'histoire ne se résume qu'à cela, de longues scènes de shopping, d'essayage de vêtement, et d'autres choses du style : "Han regarde mon bracelet, il est moche et je le porterai qu'une fois mais il coûte la peau des fesses hiiiiii !" punaise tuez moi !
Puis quand les gourdasses du livre ne pavoisent pas en montrant le dernier chiffon à la mode, elle ne parlent que de Machine qui espère se taper cinq mecs avant le mois suivant, de LA soirée raclette à laquelle il fallait être, ou de la supposé infidélité de Hunter... Bon évidemment c'est de la chick-lit, je ne vais pas prétendre que c'est très spirituel, mais de là à nous servir une histoire aussi vide, faut pas exagérer ! A la rigueur, bon le côté fringues on s'en passe volontiers (la mode et moi ça fait deux !) mais l'histoire autour de Hunter pourquoi pas ? Enfin pour que cela marche il aurait fallu que les personnages soient un minimum attachant, ce n'est pas le cas, du coup je n'avais absolument rien à cirer d'avoir le fin mot de l'histoire !

La plume n'est pas meilleure, comme je le disais le livre se termine vite mais à par cela le style est bien pénible avec ces longues descriptions de fringues et d'objets qui ne sont d'aucune utilité, il n'y a aucun rythme, aucun humour; et par moment j'avais l'impression que l'auteure utilisait des mots bien pompeux pour essayer de faire oublier le vide abyssal de l'intrigue et le fait que c'est écrit avec les pieds !

Au moins maintenant je suis fixée, je ne me risquerai plus à lire Plum Sykes à nouveau !



Ma note :
 

1 commentaire: