mercredi 28 août 2013

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi - Katherine Pancol



 
 
Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi
Katherine Pancol
Édition France Loisirs, 2011
1024 pages
 

Genre(s) : Contemporain








Série : Joséphine Cortès

1. Les yeux jaunes des crocodiles
2. La valse lente des tortues
3. Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi
.
 .
Résumé :
.
Souvent la vie s’amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.
Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant.
Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue… Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…
.
 .
Mon avis :
. 
J'ai aimé le premier tome, j'ai aimé le second tome et ces jours ci j'ai eu très envie de me plonger enfin dans ce dernier tome et de retrouver tous les personnages de la saga, ceux que j’appréciais mais aussi ceux que je ne pouvais pas voir en peinture; mais force est admettre que ce troisième volume est une grosse déception, je dirai même une perte de temps !

J'ai eu le sentiment de lire encore et toujours la même histoire, que ce soit par rapport aux deux tomes précédents ou pendant ces mille et quelques pages, ce troisième volume est répétitif à en crever, c'est bavard et c'est vide, même en lisant une seule phrase par page il n'y a aucun risque de passer à côté de quelque chose d'important. Hortense continue son petit bonhomme de chemin avec toujours autant d'ambition et de prétention, Joséphine démarre un nouveau roman racontant l'amitié entre un jeune garçon français et Cary Grant, idée qu'elle a péché dans le journal intime du jeune homme qu'elle a trouvé par hasard dans les poubelles (la vie est bien faite quand même, moi quand je cherche un truc je trouve tout sauf ce que je veux, Joséphine, elle, décide d'écrire un livre, et on lui fournit l'idée dix minutes plus tard, c'est pratique !); Shirley va devoir enfin révéler l'identité du père de Gary; et les autres continuent de gérer leur travail, leur histoires d'amour et leur famille; bref tout un programme, rien de bien neuf sous le soleil, rien de passionnant, beaucoup de bons sentiments, et de niaiserie.

En prime, certaines choses sont invraisemblables, le meilleur exemple : Marcel Junior, 3 ans. Je veux bien que ce gamin soit un petit génie en herbe, je veux bien qu'il soit précoce, je veux bien que les enfants à cet âge ait le cerveau comme une éponge et qu'ils apprennent facilement (en tout cas, c'est ce qu'on m'a dit) mais de là à ce que Junior parle comme un philosophe, ait appris à lire tout seul et maîtrise l'anglais au bout de deux jours et demis c'est prendre les lecteurs pour des cons tout simplement, et ce n'est pas spécialement le truc que j’apprécie le plus ! Ah oui et j'ai oublié d'en parler mais le gamin lit dans les pensées des gens aussi, je l'ai déjà dit qu'on était pris pour des quiches ou pas ?!

Pour continuer dans le genre agaçant; j'ai beau bien apprécier le jeu du chat de la souris (enfin quand ce sont deux personnages que j'aime bien qui se tournent autour sinon cela me laisse indifférente), quand cela dure des lustres et surtout quand plusieurs "couples" s'y mettent cela devient vraiment pénible; là nous avons pas moins de trois duos qui s'y collent, et c'est beaucoup trop, d'autant que c'est le même style pour les trois : "Je t'aime / Je ne t'aime pas" "Je veux être avec toi mais à cause de ceci ou de cela, cela ne marchera pas" "On ne peut pas faire cela à machin"... Pénible je vous le dit, c'est limite si j'ai envie d'éviscérer un mec déguisé en Cupidon après cela !

Les personnages sont tout aussi insupportables que l'histoire, et pourtant j'avais beaucoup apprécié certains auparavant mais là ils me sont tous sortis par les yeux, Joséphine n'a toujours aucune personnalité, aucun caractère, elle dit amen à tout et n'importe quoi, elle se laisse insulter par Hortense, sa garce de fille, elle se plie en quatre pour aider le premier venu... C'est bon, au bout d'un moment je veux bien que tu rendes service, que tu sois présente pour certaines personnes mais il faut arrêter de faire ta carpette, un peu de fierté, merde !
Hortense est l'exact opposé de sa nunuche de mère, elle est manipulatrice, écrase les gens, rabaisse ses proches et le pire c'est que tout ce qu'elle désire lui tombe tout cuit dans le bec ensuite, c'est juste écoeurant et je crois que mon esprit sadique n'a jamais autant carburé que pendant ma lecture où je m'imaginais lui arracher les ovaires avant de les lui faire bouffer et lui encastrer ses talons aiguilles dans la tronche (non je vous rassure, je ne suis pas violente, j'ai juste de l'imagination !)
Rien qu'avec ces deux héroïnes, mon seuil de tolérance était déjà dépassé mais comme si cela ne suffisait pas, les autres personnages présents -et il y en a un paquet- tapent aussi sur le système, je ne vais pas parler de tous en détails sinon je n'ai pas fini mais pour la faire courte, d'un côté nous avons les gentils bien niais comme Joséphine, Zoé ou Marcel, le genre de personnages bien mignons cinq minutes mais qu'on a vite envie de secouer; les salopards comme Hortense ou Henriette, qu'on a envie de voir mourir dans d'atroces souffrances; ou encore ceux qui passent leur temps à chialer, à se plaindre, comme Josiane ou Philippe et à qui on a envie de leur crier de la fermer; bref une belle bande de boulets cette galerie de personnages, ils n'évoluent pas, ils se complaisent dans leurs "malheurs" et c'est plombant ! J'en viens même à me demander comment j'avais pu m'attacher à certains dans "Les Yeux jaunes des crocodiles" ou "La valse lente des tortues" car là je ne vois pas...

Bref, un troisième opus qui m'a déçue, agacée, dégoûtée même, je suis contente d'en avoir fini avec cette série et assez fière de ne pas avoir abandonné ce tome en court de route car j'avais vraiment toutes les raisons de le faire !


Ma note :
 
 

2 commentaires:

  1. C'est vrai que c'est répétitif mais ce livre rachète bien le personnage d'Hortense. J'avais apprécié la lecture des trois tomes.

    RépondreSupprimer
  2. Il n'est pas si mal, ce bouquin... Et je ne trouve pas Philippe grognon ou chialeur, ni Zoé trop naïve... Je ne vois pas trop d'ou cela vient ;) (mais javoue ne pazs avoir lu le dernier tome ;) )
    Après, je suis d'accord que les personnages ne sont pas très réalistes.. Mais c'est une bonne lecture tout de même, que je conseille ;)
    Et je trouve que le film comble parfaitement les défauts du livre!! C'est vraiment un must ;)

    RépondreSupprimer