mardi 19 novembre 2013

L'histoire de Pi - Yann Martel





L'histoire de Pi
Yann Martel
Édition Denoël, 2004
Traduit par
Nicole et Emile Martel
333 pages 


Genre(s) : Contemporain


.
 
.
 .
Résumé :
.
Piscine Molitor Patel, dit Pi, est le fils du directeur du zoo de Pondichéry. Lorsque son père décide de quitter l'Inde, la famille liquide ses affaires et embarque, accompagnée d'une étonnante ménagerie, sur un cargo japonais : direction le Canada. Le navire fait naufrage, et Pi se retrouve seul survivant à bord d'un canot de sauvetage. Seul, ou presque... Richard Parker, splendide tigre du Bengale, est aussi du voyage. Comment survit-on pendant deux cent vingt-sept jours en tête à tête avec un fauve de trois cents kilos ? C'est l'incroyable histoire de Pi Patel.


Mon avis :
.

Il y a plusieurs mois le film signé Ang Lee m'avait vraiment charmée, excepté la fin qui m'avait laissée un peu amère le reste était magique et comme souvent lorsque une adaptation cinématographie me plait je cherche à découvrir le roman qui l'a inspiré mais je dois dire que cette lecture m'a moyennement emballée et assez déçue.

Piscine Molitor Patel alias Pi est le fils d'un propriétaire d'un zoo en Inde, quand la famille décide de partir vivre au Canada, le navire sur laquelle elle se trouve finit par faire naufrage et Pi se retrouve au milieu de l'océan seul... ou plutôt seul avec un zèbre, un gorille, une hyène et un lion et tout cela sur un minuscule bateau de sauvetage !
 
Le roman est divisé en trois parties, la première sur la vie au zoo, la seconde sur le naufrage et la dernière sur ce qui se passe après (oui je sais la précision c'est mon fort, en même temps je vais pas vous dire ce qui se passe après sinon vous allez m'engueuler à cause des spoilers !) et contrairement à ce que je m'attendais c'est la première partie qui m'a le plus emballée, la seule qui ne m'ait pas paru longuette, je ne me souviens plus du film en détail mais il me semble que cette partie est nettement moins développée que dans le livre et cela m'a plu d'en voir un peu plus, que ce soit sur l'enfance de Pi, sa famille ou encore sa quête spirituelle; je l'ai déjà dit dans de précédentes chroniques mais la religion et moi cela fait deux, pourtant j'ai aimé la manière dont c'est abordé dans "L'histoire de Pi" sûrement grâce à l’innocence de Pi qui rend les choses plus "simples", plus légères, je ne deviendrai pas croyante avec cette lecture mais j'ai au moins pu apprécier la recherche spirituelle de Pi.
Tout comme ce qui touche aux animaux, Pi est entouré par eux, en connaît un rayon et en profite pour en apprendre un peu sur eux, et nous raconte aussi les différentes expériences qu'il a pu vivre avec eux, bref c'est à la fois agréable à lire et assez instructif.

Par contre à partir du naufrage, cela se gâte, les images du film me revenait en mémoire mais je n'arrivais pas à accrocher pour autant, excepté le début le reste m'a paru vraiment longuet, à la fin je n'en pouvais plus, que Pi crève ou non je m'en fichais je voulais juste que cela finisse (oui je suis sans cœur, on me le dit souvent !), j'espérais ressentir l'angoisse de Pi mais je suis restée indifférente et même les divers événements qui arrivent ne m'ont pas sortie de ma léthargie.
En plus de cela, dans cette partie, le roman a son lot de scènes écœurantes, dans le genre glauque nous avons notamment le passage où le héros doit dépecer une tortue pour pouvoir la manger ensuite, que je n'ai pas pu lire entièrement car les scènes où des animaux sont massacrés me restent toujours en travers de la gorge, et dans le genre qui ouvre l'appétit il y a le moment où Pi se demande s'il doit se nourrir avec les excréments du tigre, cette scène est trèèèès longue, bien détaillée, donc franchement dégueulasse, merci à Ang Lee de ne pas avoir intégrer ce passage au film car on s'en passe sans problème ! Même si forcément le naufrage de Pi n'est pas une croisière sur un bateau de luxe et qu'il doit faire des choses pas toujours ragoûtantes s'il veut survivre, c'est le genre de scènes qui me fait dire "referme ce bouquin tout de suite et va lire de la chick-lit pour te remettre l'estomac en place !" et c'est un peu dommage que ce soit ce type de passages que je retiens après ma lecture alors qu'il y aurait mieux à se souvenir tout de même !

Comme je disais, lorsque j'ai découvert le film la fin m'avait déplu, avait cassé le charme; dans le roman c'est exactement le même dénouement mais dit de façon un peu différente, cela semble moins "tranché", plus nuancé, c'est difficile d'en parler sans spoiler mais disons que je me suis sentie moins gênée par la manière dont c'est raconté dans le roman, c'est mieux passé...
En fin de compte, si je n'avais pas vu le film d'abord j'aurais peut-être apprécié ma lecture, mais en même temps avant de découvrir le film le livre ne me disait rien ! Je retiendrai surtout la première partie du roman, au zoo, qui complète bien le film, et l'aspect assez philosophique qui donne à réfléchir (sans donner la migraine) mais le reste est loin de ce que j’espérais.



Ma note :
 

4 commentaires:

  1. Il est dans ma wish-list de Noel :D Et comme je n'ai pas vu le film (pas encore^^, j'espère qu'il me plaira plus !

    RépondreSupprimer
  2. J'avais envie de le lire, mais du coup les scènes que tu décris pendant le naufrage ne font pas sauter de joie. Je verrai le film quand même, mais pour le livre, je ne suis plus sûre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je suis désolée :s Mais sinon, les scènes dont j'ai parlé ne sont pas des plus agréables à lire mais elles sont quand même très rares dans le livre, il n'y a pas que ça heureusement, il ne faut pas t’empêcher de lire le bouquin juste à cause de ça ;)

      Supprimer
  3. Je pense aussi que ça a joué que tu voies le film d'abord, j'ai fait dans l'autre sens et j'ai adoré ! Et idem la première partie est top, et peu développée dans le film. :)

    En revanche pour les scènes glauques, ben c'est de la survie hein, c'est pas le pays des bisounours hihi !

    RépondreSupprimer