samedi 9 août 2014

Kaamelott, tome 7 : Contre-attaque en Carmélide - Alexandre Astier / Steven Dupré




Kaamelott, tome 7 : Contre-attaque en Carmélide
 
Alexandre Astier / Steven Dupré
 Édition Casterman, 2013

  48 pages 
 
 
Genre(s) : Bande-dessinée; Humoristique; Légende Arthurienne


..






Série : Kaamelott

1. L'armée du Nécromant
2. Les sièges de transport
3. L'énigme du coffre
4. Perceval et le dragon d'Airain
5. Le serpent géant du lac de l'ombre
6. Le duel des mages
7. Contre-attaque en Carmélide
    
.
 .
Résumé :
.
La Carmélide est attaquée! Les vaisseaux d’un mystérieux peuple ennemi, venus des mers du Nord, fendent le sable des côtes. Le perfide assaillant n’hésite pas à enlever la Reine Guenièvre pour faire pression sur le Royaume de Logres.
 
Mon avis :
. 
Bien que ma passion pour la série se soit en partie éteinte, je continue de surveiller les rares infos données sur les films à venir et continue de m'intéresser à ce qui se fait autour de l'univers de Kaamelott, je continue donc de découvrir les bandes dessinées qui sont plutôt sympa à lire, enfin elles l'étaient avant ce nouveau volume !

Ce septième tome prend place en Carmélide, alors que Léodagan et Arthur se foutent une fois de plus sur la tronche pour un oui ou pour un non, des ennemis envahissent le pays, on ne sait pas pourquoi mais ces peigne-zizis sont bien là et ce n'est pas les trois tourelles pourries sur la plage qui vont les arrêter !
D'autant plus que les repousser devient un poil compliqué lorsque Léodagan ne veut pas de l'aide de Kaamelott et passe plus de temps à casser les noix d'Arthur qu'à se préoccuper des envahisseurs, envahisseurs qui au passage ont enlevé la reine Guenièvre, et cette dernière a intérêt à avoir de la patience car elle n'est pas prête d'être délivrée... En même temps avec l'engin qui lui sert de mari elle a l'habitude de poireauter, elle n'est plus à cela près !

Si l'histoire à l'air marrante à première vue, elle est finalement bien faible, surtout en comparaison des précédentes, car ce tome tourne assez vite en rond et se résume surtout à Arthur et Léodagan qui se fritent, alors oui j'aime les piques qu'ils s'envoient, cela me fait toujours rire mais venant de Kaamelott j'attends quand même une vraie histoire, quelque chose de plus abouti comme Astier sait le faire, là excepté le duo Arthur / Léodagan; Loth, Ketchatar et les autres guignols gouvernant les différents coins de Bretagne qui sont là en guest stars (les pages où ils sont tous introduits m'ont d'ailleurs paru bien longuettes); et un brin d'action à la fin, ce nouveau tome est assez creux et ne me laissera vraiment pas un souvenir impérissable.

Cela se détériore aussi au niveau des dessins, si je n'ai jamais été totalement convaincue par eux dans les précédents tomes je trouvais qu'au moins certains personnages étaient bien dessinés et ressemblaient assez aux acteurs de la série, du moins à certains d'entre eux, mais dans ce septième tome je trouve que c'est un massacre, à la rigueur Arthur et Léodagan sont épargnés mais les autres font peine à voir, Guenièvre a l'air d'avoir pris 30 ans dans les narines, Gustan ressemble à un vieux pécore décati (et j'ai mis plusieurs pages à le reconnaître !), Lancelot et Galessin ont l'air d'être passés sous un bus tellement ils sont amochés et Bohort ressemble à un grand cornichon anorexique !

Ce n'est donc pas fameux, décevant au niveau du scénario et catastrophique en ce qui concerne le coup de crayon, mais c'est le premier faux pas dans la série, et si la qualité est de nouveau au rendez-vous dans le prochain tome, ce sera une erreur vite oubliée !



Ma note :
 

1 commentaire: