mercredi 31 décembre 2014

Raison et sentiments - Jane Austen




Raison et sentiments
Jane Austen

Édition 10/18, 1999
Traduit par Jean Privat
382 pages


Genre(s) : Classique, Romance

.
 
 .

  .

Résumé :
  .
Raison et sentiments sont joués par deux sœurs, Elinor et Marianne Dashwood. Elinor représente la raison, Marianne le sentiment. La raison a raison de l'imprudence du sentiment, que la trahison du beau et lâche Willoughby, dernier séducteur du XVIIIè siècle, rendra raisonnable à la fin. Mais que Marianne est belle quand elle tombe dans les collines, un jour de pluie et de vent.
.
 .
Mon avis :
 
Il y a un peu plus d'un an, dans ma chronique de "Lady Susan", je disais ne pas accrocher à Jane Austen, j'adore pourtant les adaptations qui sont faites à partir de ses histoires, ou même les histoires "dérivées" mais j'avais fini très difficilement ma lecture d'"Orgueil & préjugés", avait tenté de lire une première fois "Raison et sentiments" sans succès et "Lady Susan" ne m'avait pas fait changer d'avis.
Mais voila, comme je n'aimais pas ne pas comprendre ce qui plait autant chez Jane Austen (et que je me sentais un peu nouille de ne pas accrocher autant que les autres !) j'ai voulu persister et redonner une chance à "Raison et sentiments". Bonne ou mauvaise idée ? Eh bien, bonne ! Très bonne même, car même sans avoir eu de coup de cœur il y a eu un déclic et j'ai désormais hâte de me plonger dans un autre livre de Jane Austen (qui devrait être "Northanger abbey" !)

Dans "Raison & sentiments" nous suivons 2 sœurs; Elinor qui symbolise la raison, qui est très réfléchie et posée; et Marianne qui représente les sentiments et est plus impulsive et moins mature.
Toutes les deux ont des natures bien opposées mais vont chacune connaître les émois de l'amour, l'une de manière passionnée, l'autre de façon plus discrète, mais vont également connaître les difficultés et les douleurs que cela engendre...

Si j'ai démarré cette lecture dans un mauvais moment (déprime + stress + panne de lecture, rien que cela !) et que je n'étais pas complètement immergée dans l'histoire dans les premières pages, je dois dire que j'ai tout de même apprécié ma lecture dès le début, là où il y a quelques années lors de ma première tentative j'avais vite abandonnée parce que je butais sur le style et que les descriptions me paraissaient assommantes, j'ai cette fois trouvé la plume très agréable et beaucoup moins lourde que je ne le pensais auparavant.

Côté histoire, je la connaissais déjà pour avoir vu l'adaptation d'Ang Lee (avec Emma Thompson et Kate Winslet entre autres) il y a plusieurs années mais ayant oublié la plus grande partie, j'ai pu la redécouvrir et avoir hâte de (re)voir comment elle allait s'achever.
Je me suis d'abord un peu mélangé les pinceaux entre tous les personnages mais on finit par vite s'y retrouver car Jane Austen brosse des personnalités bien variées et qui sont pour la plupart intéressantes à suivre.
C'est sans doute Marianne qui m'a le moins plu, plus à cause de son immaturité qui m'a un peu agacée que par son histoire, même si je reconnais que c'est elle qui apporte de la légèreté et un peu de fantaisie au récit elle a un peu trop tendance à foncer tête baissée vers les emmerdements !
Au contraire, je me suis vraiment attachée à Elinor, d'une part parce qu'elle est une héroïne dans laquelle je me retrouve un peu (pour sa pudeur vis à vis de ses émotions notamment) et d'autre part car c'est une héroïne forte, touchante et généreuse, elle en bave tout au long du livre sans pour autant se laisser abattre, et est prête à taire ses sentiments au profit des autres, et tout cela sans même s'apitoyer sur son sort, on peut ne ressentir que de l’empathie envers elle.
Les héros masculins ne sont pas en reste, si je n'étais pas été plus séduite que cela par Edward Ferrars parce qu'il est un peu trop effacé à mon gout, j'ai par contre beaucoup apprécié la gentillesse et la douceur du colonel Brandon qui pour son malheur tombe sous le charme de Marianne, vit un amour à sens unique et est une figure bien émouvante; et j'ai été intriguée par John Willoughby qui a plusieurs facettes; on ne sait jamais à quoi s'attendre avec lui, on l’apprécie, on le hait, on le trouve énervant puis touchant... Il est en tout cas surprenant et il aura été vraiment intéressant à suivre d'un bout à l'autre du livre !
Je dois dire par contre que j'ai assez peu de souvenirs en ce qui concerne les autres personnages, en tout cas pas suffisamment pour en parler, je peux dire que j'ai détesté Mrs Dashwood notamment (ce qui est assez normal vu son égoïsme) mais les autres ne m'ont pas vraiment marquée, en tout cas pas autant que les personnages principaux...

L'histoire pourrait sembler un peu lente mais j'ai vraiment accroché aux romances vécues par les deux héroïnes, même si je trouve celle d'Elinor un peu trop "étouffée" par celle de Marianne, j'ai trouvé l'ensemble très touchant et très vrai, rien ne tombe dans la niaiserie, rien n'est facile pour elles deux, ce n'est pas cousu de fil blanc et Jane Austen n'hésite pas à faire souffrir ses personnages, ce qui les fait donc évoluer; "Raison & sentiments" a une histoire qui sonne vrai, qui est approfondie et qui est donc prenante grâce à cela.

Le livre ne se résume pas qu'aux romances évidemment, l'auteure fait aussi le portrait de la société de l'époque, de ses protagonistes et de ses conventions, avec ironie et sarcasmes; mais je ne m'attarderai pas la dessus car je ne suis pas encore assez familière avec cela pour en parler correctement, c'est surtout pour souligner que "Raison & sentiments" n'est pas qu'un roman sentimental mais qu'il y a également du fond !

Pour résumer, je ne regrette pas d'avoir retenté ma chance avec les œuvres de Jane Austen, j'ai mis du temps avant d’apprécier un de ses écrits mais j'y suis enfin arrivé et ce titre a été une belle lecture sans grand défaut avec une histoire accrocheuse et des personnages principaux réussis.
J'espère maintenant que ce n'était pas qu'un coup de chance et que mes prochaines découvertes Austeniennes me plairont autant, voir plus, que "Raison & sentiments !


Ma note :

2 commentaires:

  1. A-LLE-UIAH ! Alleuiah... Alle-lu-u-iah...
    c'est la magie de Noël.. :p

    Je me retrouve vraiment dans ton article...
    Petite question : tu as relu le même livre, je veux dire d'après le même traducteur ?

    Sinon, bienvenue dans le monde de Jane Austen, c'est courageux d'avoir persevéré malgré tes deux expériences malheureuses... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oula, du calme O_o mdr
      Et je l'ai lu en mai alors pour la magie de Noel on repassera :p =D

      Oui j'ai relu le même livre donc le même traducteur ;)

      C'est pas tellement du courage mais plutôt mon côté obsessionnel, quand j'arrive pas à faire ou comprendre un truc j'y reviens toujours jusqu'à ce que j'y arrive, c'est très chiant par moment mais là c'est une bonne chose :D

      Supprimer