vendredi 23 janvier 2015

Les mésaventures de Minty Malone - Isabel Wolff




Les mésaventures de Minty Malone
Isabel Wolff

Édition Pocket, 2002
Traduit par Denyse Beaulieu
528 pages


Genre(s) : Chick-lit

.
 
 .
  .

Résumé :
  .
Vous êtes devant l'autel de l'église. Le prêtre prononce les phrases rituelles. Vous jetez un coup d'œil tendre et complice à votre bien-aimé. Il vous sourit. Vous lancez un " oui " énamouré. Ça y est, vous êtes presque mariée ! Maintenant c'est à lui. Il vous adresse un regard plein de compassion. Vos parents, vos collègues, tous vos amis sont venus célébrer l'événement. Vous êtes aux anges. Encore une seconde et vous êtes unis pour le meilleur et pour le pire. Non ! Un " non ", ferme et définitif, résonne encore dans l'église. Vous n'êtes plus mariée. Tel est votre destin : vous êtes et vous resterez Miss Malone. Sur un point, cependant, rien ne sera plus comme avant : à votre tour, vous allez apprendre à dire " non ".
.
 .
Mon avis :
 
Cinquième (déjà !) livre d'Isabel Wolf que je découvre et si cette auteur m'a déjà offert pas moins de deux coups de cœur, là elle me déçoit assez et on peut dire qu'avec ce titre on se trouve vraiment dans le fond du panier...

Minty est sur le point d’épouser Dominic, alors que le moment de dire "oui" se rapproche, Dominic semble hésiter et finit par renoncer, Minty est larguée devant tous ses proches, mais également humiliée, son goujat ayant eu la délicatesse de lui balancer tous ses défauts avant de fuir comme un voleur.
A partir de là nous allons la suivre pendant un an, entre ses tentatives pour se remettre sur pieds et peut-être rencontrer un nouvel homme, et son travail dans une radio de Londres qui est en train de s'écrouler.

Comme dit en introduction j'ai été déçue car ici, à mes yeux, deux choses clochent : le fond et les personnages.
Ce que j'aime dans les livres d'Isabel Wolff c'est qu'au delà de créer une histoire divertissante, elle rajoute toujours un fond plus sérieux, par exemple dans "Rose à la rescousse" l'héroïne a été abandonnée par ses parents (il me semble, n'hésitez pas à me rectifier si je dis n'importe quoi !), dans "Accroche-toi Anna" le personnage se fait plaquée quand elle est enceinte et elle doit élever son enfant toute seule, et dans "Un amour vintage" l'héroïne est marquée par la mort de sa meilleure amie; ce sont des thèmes pas franchement joyeux mais non seulement cela peut nous parler personnellement mais surtout cela rajoute de la consistance à l'histoire, j'ai beau adoré la chick-lit je reconnais sans problème que les histoires sont très souvent superficielles et Isabel Wolff arrive à éviter cela et même si du coup il y a des moments assez déprimants dans ses titres j'adore qu'elle se serve de ce genre de sujet, et là je suis déçue car dans "Les mésaventures de Monty Malone" il n'y a pas de fond, ou alors je suis passée complètement a côté mais je ne pense pas, à moins qu'il ait été vraiment bien caché !

En fin de compte sans ce fond plus sérieux le livre reste un titre banal de chick-lit, cela ne vole pas haut mais cela reste distrayant et assez amusant, même si ce titre fait 500 pages Isabel Wolff arrive à ne pas lasser et je dois dire que malgré tous les reproches que je peux faire à ce livre, je l'ai dévoré en deux jours, et j'étais curieuse de savoir comment Minty se sortirait de toute cette pagaille et de surtout voir comment elle allait évoluer.

Malgré tout, même si je n'ai pas trop à me plaindre de l'histoire, j'aurais encore davantage apprécié si les personnages m'avaient plu, car comme je le disais, les personnages ne m'ont pas convaincue, à une exception près j'ai eu envie de tous les tabasser !
Commençons par cette quiche de Minty, alors oui vu ce qui lui arrive on devrait avoir de l'empathie pour elle mais je suis une sans cœur et je n'en ai pas eu pour elle, pas une seule fois. Pourquoi ? Parce que c'est une vraie carpette et on le comprends dès les premières pages quand elle dit à quel point Dominic est "fabuleux", alors qu'il la prend de haut, qu'il passe son temps à la critiquer, alors qu'il ne supporte pas d'être critiqué, qu'il la force à faire selon son envie à lui et jamais selon ce qu'elle veut elle, qu'il est lâche au point de la larguer devant l'autel alors qu'il aurait pu le faire bien avant; bref ce mec est une grosse merde ! Tout le monde le voit, sauf Minty, et à sa place si un mec pareil m'avait larguée 3 minutes avant le mariage j'aurais pleuré aussi oui, mais de joie !
Mais Minty n'est pas seulement une vraie lavette dans ses relations amoureuses, elle l'est aussi dans son travail ou dans ses relations familiales et amicales, elle se laisse complètement marché sur les pieds, ne sait pas dire non (ou en tout cas, elle dit "non" puis finalement cède...), elle donne l'envie de la secouer et de lui dire d'envoyer bouler tout le monde une bonne fois pour toute histoire d'être un peu respectée !
Il faut avouer qu'il y a une petite évolution chez elle, elle finit par osé tenir tête par moment mais malheureusement elle redevient une carpette à la fin du livre, ou en tout cas les dernières lignes laissent penser qu'elle va le redevenir...

Cela dit Minty n'est pas le personnage qui m'a donné le plus de boutons pendant ma lecture, si elle obtient sans problème le titre de "princesse des losers", sa cousine Amber gagne sans conteste le titre de "reine des grosse putes" (voila c'est dit !), ne me demandez pas de dire quelque chose de gentil à son sujet parce que je préférais m'arracher les ovaires et puis de toute manière il n'y a rien de sympa à dire sur elle, c'est une prétentieuse snobinarde hystérique égocentrique et manipulatrice qui se prend pour un grand auteur méritant le prix Nobel de littérature alors qu'elle écrit des croutes, qui ne se préoccupe que de son nombril en harcelant les gens pour les forcer à faire ce qu'elle veut même quand la personne en face lui dit "non" 57 fois de suite ("non" c'est "non", connasse !!! Oui cette chronique est très vulgaire :p) et met en place des stratagèmes digne d'une ado de 15 ans pour récupérer son ex; vous l'aurez compris c'est un personnage abject, que je hais du tréfonds de mon âme et je ne vois pas l'intérêt de sa présence dans le livre à par nous donnez un ulcère et réveiller nos pulsions meurtrières !

Je ne vais pas évoquer tous les personnages du livre parce qu'il y a beaucoup de choses (pas très flatteuses et plutôt grossières) que je pourrais dire sur cette bande de brèles mais pour préserver le peu de santé mentale qu'il me reste je vais plutôt passer à l'exception dont je parlais, car il y a bien un personnage qui m'a plu dans ce livre et qui est très en retrait malheureusement : Jack, le patron de Minty, il a bon caractère, il ne marche pas sur les autres (un exploit vu que tous les autres personnages se servent les uns des autres !), mais il sait l'ouvrir quand il faut, il n'est ni un manipulateur, ni une carpette et c'est une petite bouffée d'air frais quand il intervient dans une scène ! D'autant que son histoire aurait pu être le fond plus grave dont je parlais, il y avait les moyens quand on voit les rapports plus que chaotiques que Jack entretient avec ses deux belles filles, mais c'est traité sur quelques lignes et c'est fini, tant pis pour l'histoire creusée, on reste en surface.

Pour le coup, je me suis longuement étendue sur les personnages mais une histoire aussi bonne soit-elle est vite gâchée quand les protagonistes sont insupportables et c'est le cas ici, l'histoire est correcte mais elle est plombée par des figures haïssables et à cause d'elles je n'ai tout simplement pas pu profiter de l'histoire autant que j'aurais pu.



Ma note :
 

1 commentaire:

  1. Je l'ai lu il y a très longtemps (Et je viens de regarder sur Livraddict, j'ai lu 8 livres de l'auteur ! :) et je ne m'en souviens plus très bien mais je me rappelle qu'à l'époque il ne m'avait pas plu emballée que ça. Je préfère de loin Un amour vintage et Accroche-toi Anna (même si je ne me rappelais plus du tout qu'elle était enceinte !).

    RépondreSupprimer