dimanche 25 octobre 2015

Gemma Bovery - Posy Simmonds




Gemma Bovery
Posy Simmonds

Édition Denoël, 2000
Traduit par Liliane Sztain
et Jean-Luc Fromental
106 pages

Genre(s) : Contemporain, Roman graphique

.
 .
 
 
.



.
Résumé :
.
Le décor, le destin, le nom de l'héroïne vous rappellent quelque chose... c'est à dessein. Posy Simmonds donne à l'Emma Bovary de Flaubert une arrière-petite-fille en jean, baskets et lingerie fine. Personne ne sort indemne de cette satire, ni ces Anglais middle class assoiffés de grands crus et d'exotisme continental, ni cette petite bourgeoisie française aux manies insupportables.
Du désir de grandeur et de ses désillusions. De l'influence des régimes amaigrissants sur la fidélité conjugale. Splendeur et ridicules du désordre amoureux. Le grand Flaubert y retrouverait ses petits.
.
 .
 
Mon avis :
.
Au départ je ne pensais pas me lancer dans ce titre, seule l'adaptation cinématographique (avec la charmante Gemma Arterton dont je suis amoureuse) m'attirait, et finalement je me suis laissée tenter par le livre en le voyant à la médiathèque, d'un côté c'est un bon choix car je me faisais une idée erronée de l'histoire que je voyais légère (et donc j'ai pu appréhender le film comme il le fallait), de l'autre c'est plutôt un mauvais choix car je n'ai pas accroché...
 
Le livre commence par la fin; Martin, le boulanger du village et passionné de livres, nous raconte rapidement ce qu'est devenue Gemma, aucun suspense quant au dénouement de l'histoire donc, l'auteure s'attarde surtout sur la façon dont les choses se sont déroulées pour en arriver jusque là.
Gemma est une jeune femme qui en apparence a tout pour être heureuse, elle est artiste, a une vie bien installée en Angleterre, un mari qui l'adore, mais... elle s'ennuie fermement, du coup le couple saute le pas et abandonne leur vie londonienne pour s'installer dans la campagne Normande, mais si les premiers temps tout se passe bien et que leur nouvelle vie les emballe, l'ennui finit par vite rattraper Gemma; le pain, les vaches, les pâturages, les français; c'est bien mignon mais on s'en lasse vite, il n'y a que le jeune homme héritier du château du coin qui trouve grâce à ses yeux qui lui non plus n'a pas l'air insensible au charme de la britannique...
 
Je disais en introduction que je m'attendais à une histoire plutôt légère, probablement la faute à la bande-annonce du film qui nous vend quelque chose d'amusant et de coloré... Vous me direz probablement que je suis un peu nouille car la référence à Madame Bovary (livre qui n'a pas l'air joyeux et que je ne vais pas lire tout de suite parce que je n'ai plus d'anti-dépresseurs sous le coude !) est évidente, mais je ne pensais pas que l'histoire s'en inspirait vraiment et qu'elle ne contenait en fait que quelques clins d’œil, vu que je ne connais que quelques bribes du livre je ne sais pas encore jusqu'à quel point Posy Simmonds reprend l'histoire de Gustave Flaubert mais Gemma Bovery et Emma Bovary m'ont l'air d'avoir un destin assez similaire et du coup l'histoire ne brille ni par son humour ni par sa gaieté.
Impression renforcée par les dessins, alors que dans le film au moins on a de jolies images lumineuses pour alléger le récit, l'histoire reste pratiquement la même d'un support à l'autre mais l'atmosphère ne rend pas de la même façon sur papier que sur écran, autant le film nous donne envie d'aller en Normandie manger du pain et boire du calva en faisant la discussion aux vaches, autant le livre est beaucoup plus froid et mélancolique, rien à voir avec le manque de couleurs mais plutôt dans les expressions faciales des personnages, leurs postules, le style un peu flou du dessin... 
 
Et le coup de crayon n'est pas le seul à jouer sur cette impression, la façon dont les personnages sont mis en avant est aussi en cause, dans le film Gemma est surtout vue à travers les yeux de Martin nous ne voyons donc pas tous ses tourments, dans le livre au contraire nous sommes plus proches d'elle et sa vie qui ne nous parait pas si triste sur écran est tout de suite plus morose dans le roman, et c'est sûrement pour cela que je n'accroche pas aux livres de Posy Simmonds, je n'ai rien contre une histoire triste mais je trouve que ses écrits sont trop insistants sur cela, c'est franchement lourdingue et cela rend l'ensemble très terne et assez pesant.

Pour en revenir à l'histoire de façon plus générale, même sans y avoir adhéré, je peux reconnaître qu'elle est au moins intrigante, qu'on suit les personnages avec un minimum d'intérêt (même s'ils ne sont pas attachants) et que j'étais curieuse d'avoir la clé de l'énigme, de savoir pourquoi les choses avait tourné de cette façon, les flashs-back sont bien utilisés et malgré leur présence on ne se perd pas dans l'histoire en se demandant si on est dans le passé ou dans le présent, c'est bien amené et c'est plutôt bien construit, malheureusement ce qui est sensé être touchant m'a laissée complètement indifférente non seulement à cause de la froideur du récit mais aussi à cause de la distance entre moi et les personnages.
 
Je disais plus tôt qu'ils n'étaient pas attachants et quelques temps après ma lecture je remarque que soit je les oubliés soit je garde un mauvais souvenir d'eux, Gemma est assez antipathique et franchement agaçante à n'être jamais satisfaite de quoi que ce soit, son mari Charlie est niais et n'a aucun caractère, Martin est bien inquiétant à faire autant son voyeur, le châtelain dont Gemma tombe amoureuse (et dont j'ai oublié le nom) est transparent et lisse au possible, bref je n'ai ressenti aucune affection, aucune compassion pour aucun d'entre eux et vu ce qu'il se passe c'est un peu dommage mais c'est encore une chose qui ne m'emballe pas dans l'univers de Posy Simmonds, je trouve ses personnages plus ou moins détestables et encore une fois je préfère leurs équivalents sur grand écran qui sont tout de même moins désagréables (et oui je suis objective, mon avis n'est pas DU TOUT influencé par Gemma Arterton !).

Je relève beaucoup de négatif pour cette lecture, malgré quelques rares points qui relèvent un peu le niveau je crois que l'auteure n'est pas faite pour moi et je pense que je ne tenterai plus ses titres à l'avenir mais je me contenterai des adaptations qui ont l'air de me convenir un peu plus !
 .
.
Ma note
 

2 commentaires:

  1. Je ne connais ni le livre, ni le film, donc je découvre à travers ta chronique :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe, du coup vu mon avis la découverte n'a pas été géniale =D
      Si jamais, malgré ce que j'ai dis, tu veux te faire ton propre avis n'hésite pas, ça se lit vite ;)

      Supprimer