samedi 10 octobre 2015

Les aquariums lumineux - Sophie Bassignac




Les aquariums lumineux
Sophie Bassignac

Édition Denoel, 2008
228 pages

Genre(s) : Contemporain

.
 
 .
 
 
.

.
Résumé :
.
Fenêtres sur cour dans un immeuble parisien. Excentrique et rêveuse, Claire observe, derrière ces " aquariums lumineux " où évoluent ses voisins, les coulisses de leurs tragédies muettes.
Bouleversée par sa rencontre avec le séduisant, obsédant et japonais M. Ishida, sa vie contemplative va brutalement changer d'étage. Confrontée à une réalité qu'elle avait jusqu'alors voulu ignorer, de soupçons en secrets révélés, Claire la solitaire se lance dans l'aventure.
.
 .
 
Mon avis :
.
En ce moment je dois être abonnée aux romans contemporains / chick-lit qui nous servent une enquête policière miteuse sortie de derrière les fagots, entre "Je n'irai pas chez le psy pour ce con !" et "Les aquariums lumineux" j'ai largement ma dose et j'espère ne pas me coltiner un troisième titre dans le genre ! D'autant qu'ici l'intrigue policière gâche un bouquin qui ne partait pas si mal...
 
Claire vit une vie somme toute banale, vit dans un immeuble tout aussi banal, entourée par des voisins n'ayant rien de plus original, ce qui n’empêche pas Claire de les observer comme elle observerait des poissons dans un aquarium.
Jusqu'au jour où un nouvel arrivant débarque, M. Ishida, qui est tellement intriguant pour la jeune femme qu'elle oublie totalement ses autres voisins. Les deux personnages vont vite se lier d'amitié mais un troisième voisin va faire certaines révélations à Claire qui vont la rendre soupçonneuse au sujet de son nouvel ami...

Comme je le disais le livre commence plutôt bien, l'histoire n'a rien d'extraordinaire mais j'ai bien aimé suivre le début qui est mignonnet dans cette immeuble où tout le monde il est beau (ou presque) où tout le monde il est gentil (à peu près), cela me change de l'immeuble où je vis et où il n'y a que des morues ou des gros lourds qui te collent aux baskets, et c'est assez sympa de ne pas se retrouver (une fois de plus) face à des personnages qu'on a envie d'encastrer dans le mur (même si ces protagonistes ne sont que secondaires), même chose pour l'héroïne, Claire, qui est agréable, elle est simple, discrète, rêveuse, un peu solitaire, a un peu trop tendance à imaginer la vie qu'elle pourrait vivre plutôt qu'à vraiment se bouger pour l'avoir, du coup je me suis pas mal reconnue en elle (voilà c'était le détail déprimant !). 
Mais elle n'est pas lisse pour autant, elle a parfois sale caractère, elle a des peurs surtout quand il s'agit de sortir de sa zone de confort, elle a des névroses, c'est un personnage intéressant, réaliste et à la psychologie bien creusée.
M. Ishida est là pour être mystérieux et intriguant et il remplit son office, même si en dehors de cela on peut dire qu'il n'a pas grand chose d'autre au moins il a réussit à me rendre aussi curieuse que Claire à son sujet, mais c'est surtout l'influence qu'il a sur la jeune femme qui est intéressante, elle se transforme à son contact, devient peu à peu moins renfermée sur elle-même et évolue tout au long du roman.
Et puis il y a le troisième personnage principal, Rossetti, qui arrive tout juste dans l'immeuble lui aussi, qui porte un peu sur les nerfs de Claire et qui pourtant lui fait se poser des questions sur Ishida, ce dernier a l'air d'avoir un lien avec Rossetti et Claire va chercher lequel... Et c'est à partir de là que le livre devient bien médiocre !

Parce que même si les personnages, en exceptant Claire, ne sont pas forcément bien travaillés, que le début du livre peut paraître cliché à certains lecteurs, personnellement je n'ai pas vraiment de reproches à faire car je me suis prise au jeu et l'auteure aurait probablement retenu mon attention jusqu'à la dernière page si elle avait continué sur sa lancée, le problème c'est que l'enquête de Claire va se mettre en place et qu'elle est mal foutue, difficile d'en parler vraiment sans spoiler mais l'idée elle-même ne m'a pas convaincue et son traitement traîne tellement en longueur que je me suis très largement ennuyée jusqu'au dénouement qui est à l'image de l'intrigue : mauvais. Je ne vois pas franchement l'intérêt d'intégrer une enquête aussi peu recherchée, mal construite et qui se résout trop facilement alors qu'il y avait de bonnes bases pour créer une atmosphère et des personnages réussis que j'aurais aimé suivre sans cette enquête qui tombe comme un cheveu sur la soupe.

Heureusement Sophie Bassignac a une plume agréable, quelques notes d'humour viennent ponctuer le texte, donc même si l'histoire ne m'a pas emballée dans son intégralité le style fait que la lecture n'est pas pénible, j'en ressors déçue mais je retiens quelques points positifs et j'accorderai certainement sa chance à un autre titre de l'auteure.
 .
.
Ma note
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire