samedi 19 décembre 2015

La petite encyclopédie du Merveilleux - Edouard Brasey




La petite encyclopédie du Merveilleux
Edouard Brasey
Édition Le pré aux clercs, 2015
419 pages
 
   Genre(s) : Dictionnaire, Fantasy
 
 
 
 
 

.
  .  
  .
Merci à
et aux éditions 
http://www.lepreauxclercs.com/site/page_accueil_site_editions_pre_aux_clercs_&610&pac01.html
 
.
 .
Résumé :
.
C'est à la découverte d'un fabuleux trésor, d'un extraordinaire patrimoine légendaire sauvegardé de siècle en siècle par les conteurs, les mythologues et les folkloristes que nous convie cette Petite Encyclopédie du Merveilleux. Les lecteurs passionnés de fantasy ou de fantastique y retrouveront les fées enchanteresses, les elfes musiciens, les sirènes sensuelles, les nains grimaçants et les lutins malicieux des peuples de la lumière, voisinant avec les dragons, chimères, licornes et bêtes pharamines du bestiaire fabuleux ainsi qu'avec les démons, sorcières, vampires et loups-garous des peuples de l'ombre.
 
.
 .
Mon avis :
 
Ce titre faisait parti des livres pour lesquels j'avais postulé lors de la dernière Masse Critique de Babelio en ayant tout de même un peu peur de ne pas savoir quoi dire sur une encyclopédie, pas de bol je vais devoir m'y coller et pour ne pas m'aider en plus le livre est réussi (chroniquer une bouse c'est toujours plus facile !)

Que ce soit les peuples de la lumière, de la terre, de l'eau, les animaux, les créatures qui trouvent leurs racines dans la mythologie, la religion, les anciennes légendes ou les plus récentes, cette encyclopédie est très riche, on revient sur les créatures que nous connaissons déjà comme les dragons, les vampires ou les sirènes mais aussi sur celles dont on entend peu ou pas parler...
Je le dis directement ce qui m'a le plus gênée c'est que j'ai dû lire cette encyclopédie très vite pour publier ma chronique à temps, ce qui a rendu ma lecture quelques peu indigeste alors que j'aurais surement plus apprécié en ne lisant que quelques pages de temps en temps ou en y piochant une information quand je tombe sur une créature dont je ne sais pas grand chose au détour d'une autre lecture par exemple.

En dehors de cela, je ne peux pas faire de véritable reproche, visuellement ce livre est magnifique, que ce soit les croquis, les peintures, les photos... il y a énormément de (belles) choses à se mettre sous la rétine, sans que cela soit trop chargé et c'est en plus bien utile quand on ne sait absolument pas quelle tête ont certaines bestioles (ce qui fait un bon paquet pour ma part !)
Sans être fan de toutes les illustrations, bon nombre d'entre elles sont superbes et le livre est très agréable à parcourir.
Niveau contenu on est aussi bien servi, l'encyclopédie est divisée en trois grandes parties (les peuples de la nature, le bestiaire et les créatures de l'ombre) elles-mêmes découpées en plusieurs chapitres, ce qui fait grosso-modo plus de 200 êtres fantastiques, certains sont déjà bien connus comme les sirènes, les trolls, le Kraken, Nessie (du Loch Ness) ou encore ces saletés de vampires, mais d'autres sont aussi inconnus au bataillon ou ne nous sont que très peu familiers et si j'étais très contente de retrouver des créatures que j'adore, c'est surtout l'occasion d'en découvrir des nouvelles dont je ne connais pas forcément le noms (en même temps vu leurs noms des fois, il ne faut pas trop m'en demander !)
Toutes ne me donnent pas envie d'en apprendre plus sur elles ou de chercher des histoires où elles interviennent mais plusieurs rendent largement curieux et je serai ravie de les croiser ailleurs, que ce soit les Banshies ou les Lamies qui m'ont l'air bien charmantes, ou bien d'autres.
L'encyclopédie ne se limite pas qu'aux créatures plus ou moins imaginaires (oui je continue de croire que Nessie existe, laissez moi rêver un peu !), le livre s'attarde aussi sur certains animaux réels, ce qui surprend au début mais qui est finalement cohérent car plusieurs de nos animaux sont reliés à des superstitions ou à des récits divers (la baleine dans l'histoire biblique de Jonas), sont sacrés (comme le chat dans l’Égypte ancienne), ont un rapport avec d'autres créatures (la chauve-souris) ou encore sont un symbole (toute la mythologie autour du cygne en est un bon exemple).

Bref, ce livre aborde énormément d'aspects du merveilleux, tout n'est pas décrit en profondeur car cela prendrait surement des milliers de pages mais c'est une très bonne base, que ce soit pour les néophytes qui s'y connaissent peu en fantastique ou pour les plus confirmés.
Le fond et la forme sont réussis, c'est un encyclopédie qui mérite qu'on y jette un œil et je remercie Babelio et les éditions Le pré aux clercs pour cette découverte !
 

Ma note :
 

3 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce genre d'encyclopédie. J'aimerais bien me prendre celle là.

    RépondreSupprimer
  2. Je possède pour ma part La Grande encyclopédie du merveilleux qui regroupe en fait trois ouvrages dont celui qui est chroniqué ici. Il est superbe (et très gros) et on y apprend beaucoup de choses.

    RépondreSupprimer