vendredi 26 février 2016

Le parfum des sentiments - Cristina Caboni



Le parfum des sentiments
Cristina Caboni
Édition Les presses de la cité, 2016
Traduit par Nathalie Castagné
  480 pages
 
   Genre(s) : Romance
 
 
 
 
 

.
  .  
  .
Merci à
et aux éditions 
http://www.pressesdelacite.com/
 
.
 .
Résumé :
.
Elena, 26 ans, surprend son petit ami avec une autre dans la cuisine du restaurant. Elle change de vie, s'installe à Paris où elle est recrutée chez un parfumeur. Elle rencontre le mystérieux Cail McMLean...
 
.
 .
Mon avis :
 
En choisissant ce titre dans la liste de la dernière Masse Critique j'avais pas mal d'attentes, appréciant beaucoup l'univers du parfum.
Mais entre le monde de la parfumerie qui a été utilisé de façon bâclée, l'histoire mièvre et les personnages fades, presque rien dans cette lecture n'a réussi à me séduire.

Elena descend d'une lignée de femmes très talentueuses dans la création de parfums, et ses jeunes années aux côtés de sa grand-mère ont été consacrées à développer son don, mais entre ce travail acharné et sa mère qui ne s'est pratiquement pas occupée d'elle, son enfance a été malheureuse, par conséquence Elena voudrait rejeter tout ce qui touche aux parfums, jusqu'à ce que finalement elle quitte Florence et son petit ami infidèle pour partir vivre à Paris et qu'elle commence un nouveau travail chez un grand parfumeur.

Comme je le disais, l'univers du parfum me plaît, même si je connais très peu de choses sur son histoire, sur la façon de créer les fragrances et que je serai bien incapable de citer les grands noms, le sujet m'intéresse et je suis toujours contente d'en apprendre plus dessus, mais ce n'est pas avec ce livre que cela a été le cas.
En fin de compte toute cette partie est reléguée très vite au second plan, même si Elena a un sens olfactif plus développé que la moyenne, qu'elle a un don pour traduire les émotions en parfums et qu'une vieille histoire de famille concernant une mystérieuse recette de fragrance aurait pu rendre le livre prenant, c'est la romance qui occupe la majorité du texte, je n'ai rien contre le fait que le personnage principal cherche à se reconstruire, au contraire c'est ce qui peut créer l'empathie avec le lecteur et dans mon cas cela a plutôt bien fonctionné par moments, je n'ai rien non plus contre une jolie petite histoire d'amour tant qu'elle est bien dosée, en gros qu'elle ne soit pas envahissante et qu'elle ne suinte pas la guimauve, malheureusement c'est ce qui finit par arriver ici, Elena et Cail se rencontrent, il y a une sorte d'attirance immédiate et les choses vont très vite entre eux mais je n'ai pas franchement cru à leur romance, de manière générale les couples qui se font de grandes déclarations d'amour au bout de dix minutes et sont convaincus de finir leurs jours ensemble alors que cela fait trois jours qu'ils sont ensemble ne m'emballent pas du tout et même si Elena et Cail n'atteignent pas ce niveau il n'en faudrait pas beaucoup pour s'en approcher je pense, je me doute que cela plait à d'autres mais en tant que cynique absolument pas fleur bleue ce type de romance bien trop niaise ne peut pas me faire fondre. Surtout que le coup de l'homme pas très loquace et un poil énigmatique du point de vue de l’héroïne est vu et revu, et dans le genre gonflant, ce n'est pas mal !
Qui plus est j'aurais sans doute plus accroché au livre si Elena avait vraiment eu le temps de refaire sa vie avant de se lancer dans une nouvelle relation, finalement je trouve le personnage assez passif, elle se repose beaucoup sur les autres, que ce soit sa meilleure amie ou Cail et cela m'agace encore plus venant d'une héroïne qui veut reprendre sa vie en main.

Pour revenir à l'histoire, deux semaines après ma lecture je dois dire qu'il ne m'en reste pas grand souvenir et cela ne m'étonnerait pas si elle se fait complètement oublier d'ici quelques mois.
En laissant de côté la partie romantique du livre, le reste est assez attendu, l'histoire est assez facile et les évènements sont prévisibles, Elena ne rencontre pas franchement d'embûches que ce soit dans sa nouvelle vie ou dans sa quête de la recette de la création parfaite de son aïeule et honnêtement en voyant que tout se résolvait aussi simplement mon intérêt ne faisait que s'effilocher au fil des pages jusqu'à être perplexe dans les dernières pages et un peu blasée d'avoir perdu quelques heures à lire des centaines de pages pour en arriver là !
Je reconnais par contre que j'ai apprécié découvrir l'enfance d'Elena qui n'est pas rose, mais voir un enfant morfler est mon péché mignon, non plus sérieusement cette partie là m'a touchée que ce soit quand sa grand-mère la fait travailler jusqu'à l'épuisement, lors du semi-abandon de sa mère ou quand son beau-père la repousse violemment.
Mais cela ne fait pas oublier l'histoire du parfum qu'Elena recherche qui est trop superficielle, j'aurai aimé que ce soit le cœur du livre, cela méritait un vrai développement et non pas quelques évocations et un dénouement en trois pages !

Encore une fois je me sens bien seule au milieu de toutes les chroniques positives et j'aurais aimé en écrire une à mon tour mais je ne vois pas grand chose à sauver dans cette lecture, c'est bien trop mielleux pour moi et les histoires cousues de fil blanc du début à la fin finissent par me donner des boutons, les rares bons points que j'ai pu trouver ne rattrapent pas une intrigue bancale et parfois bien vide.
Merci tout de même à Babelio et aux éditions Presses de la cité pour cette découverte.
 

Ma note :
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire