mercredi 13 juillet 2016

Les Amants Papillons - Benjamin Lacombe




Les amants papillons
Benjamin Lacombe

Édition Seuil, 2015
40 pages


Genre(s) : Album, Conte

.
 .
 
  
 
.

.
Résumé :
.
Le jour de ses quatorze ans, Naoko, une jeune Japonaise, apprend qu'elle doit quitter son village natal pour l'immense ville de Kyoto. Son père a prévu qu'elle y complète son éducation pour devenir une 'jeune fille convenable'. Mais l'art de servir le thé, de jouer du luth ou de faire danser les éventails n'intéressent pas Naoko. Naoko aime lire et écrire de poèmes. Avec l'aide de sa servante Suzuki, elle se déguise en homme et parvient à entrer à l'université...
.
 .

Mon avis :
.
Bien que ce soit le premier titre de Benjamin Lacombe que je lis, je connais déjà son travail et j'aime énormément ses illustrations, j'avais donc envie de savoir si ses textes étaient à la hauteur, et si je ne peux pas encore juger pour les autres en ce qui concerne "Les amants papillons" le récit n'a rien à envier aux magnifiques dessins.

Suite à la décision de son père qui pense qu'il est grand temps qu'elle devienne une vraie dame et qu'elle apprenne les bonnes manières, Naoko est forcée de quitter son village pour aller à Kyoto, mais la jeune fille ne veut pas de cette éducation qui consiste à apprendre l'art du thé, le luth, et surtout à ne pas exprimer ses émotions comme elle les ressent, alors elle vole un kimono à son père et avec l'aide de sa servante se fait passer pour un homme à son arrivée en ville...

"Les amants papillons" reprend une ancienne légende chinoise que je ne connaissais pas du tout et qui est vraiment superbe, très poétique (en particulier lors de son dénouement) et touchante, que ce soit pour la jolie romance que va vivre Naoko ou pour le personnage en lui même qui a soif de liberté et d'apprendre, et qui est freinée dans ses envies de manière totalement injuste juste parce qu'elle est une fille et qui par conséquent doit trouver des ruses pour ne pas se laisser enfermer dans le rôle de potiche qu'on voudrait bien lui donner et qu'elle puisse être épanouie et faire ce qu'elle aime. 
Ce n'est pas le message le plus original qui soit mais c'est toujours efficace, c'est toujours bon de le rappeler après tout vu que cet album peut être lu par les plus jeunes, et à mes yeux c'est le genre d'histoires que je trouve inspirantes et pour lesquelles je me prend vite d'affection et où j'espère que le personnage atteindra son but, quand le personnage en question arrive à attirer ma sympathie en tout cas, et c'est le cas pour Naoko qui voit tous ses espoirs foutus quand son père se donne le droit de choisir le chemin qu'elle doit prendre mais qui ne se laisse pas abattre pour autant et fait tout ce qu'il faut pour mener la vie dont elle rêve...

Les dessins sont tout aussi beaux que l'histoire, les traits sont délicats, les couleurs sont douces parfois sombres parfois lumineuses et l'ensemble restitue parfaitement l'atmosphère raffiné du cadre, la mélancolie de l'histoire et les sentiments ressentis par les personnages, ils ne plairont sans doute pas à tout le monde le style de Benjamin Lacombe pouvant être un peu particulier (même si ce ne sont pas ses illustrations les plus "farfelues" de mon point de vue, l'ensemble est tout de même soft !) mais personnellement je suis sous le charme et je n'en ai pas eu assez !

Parce que s'il y a bien quelque chose de frustrant avec ce livre c'est qu'il est beaucoup trop court, j'aurais adoré rester un peu plus longtemps avec Naoko, et avoir encore plus de dessins à savourer, à par cela c'est une perle, une magnifique découverte pour ceux qui sont déjà familiers du travail de l'auteur / l'illustrateur et un bon choix je pense pour ceux qui ne savent pas quel titre de Benjamin Lacombe lire en premier !

.
Ma note

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire