mardi 2 août 2016

Docteur Sleep - Stephen King




Docteur Sleep
Stephen King

Édition Le livre de poche, 2015
Traduit par Nadine Gassie
  768 pages

Genre(s) : Horreur

.
 
 .
  . 
  .   .  
  Résumé :
  .
Danny Torrance a grandi. Ses démons aussi... Hanté par l’idée qu’il aurait pu hériter des pulsions meurtrières de son père Jack, Dan Torrance n’a jamais pu oublier le cauchemar de l’Hôtel Overlook. Trente ans plus tard, devenu aide-soignant dans un hospice du New Hampshire, il utilise ses pouvoirs surnaturels pour apaiser les mourants, gagnant ainsi le surnom de « Docteur Sleep », Docteur Sommeil. La rencontre avec Abra Stone, une gamine douée d’un shining phénoménal, va réveiller les démons de Dan, l’obligeant à se battre pour protéger Abra et sauver son âme...

.  .

Mon avis :
  .
Comme je l'ai déjà dit plusieurs fois, j'adore écrire des chroniques assassines sur des bouquins que j'ai détesté, j'ai adoré descendre "Wendigo" de Graham Masterton, j'ai adoré descendre le tome 1 de "Fifty shades of Grey", et la liste est longue ! Mais je dois dire que ce n'est pas de gaieté de cœur que je m'apprête à descendre un livre que j'étais impatiente de découvrir, lire une suite aussi infâme à un de mes livres préférés est non seulement douloureux pour les rétines mais aussi très frustrant et c'est donc complètement blasée que je vous présente une de mes plus grosses déceptions littéraires (oui rien que ça !)

Vingt ans ont passé depuis le drame de l'Overlook, Danny Torrance essaie de se construire en oubliant son lourd passé mais le jeune homme est tombé dans l'alcool, est complètement paumé et son don lui joue encore des tours faisant ressurgir d'anciens fantômes.
Après des années d'errance et de lutte pour ne pas être démoli par l'alcool comme son père l'a été, son chemin croise celui d'une petite fille télékinésiste nommée Abra qui... (vous pensez que Stephen King s'est inspiré du Pokémon du même nom pour faire son personnage ou ce n'est qu'un coïncidence ? Hein ? Ah oui pardon de cette interlude qui ne fait rire que moi, je m'étais jurée de le faire :D) est trop puissante et est poursuivie par des sortes de vampires qui se nourrissent du Don (et qui se déplacent en camping-car) (à moins de les faire conduire des trottinettes, je ne vois pas comment les rendre plus ridicule !).

Si j'aime autant "Shining" ce n'est pas seulement pour son intrigue passionnante mais aussi pour son atmosphère oppressante au possible et ses personnages parfaitement construits et grâce à tout cela l'ensemble est une descente en enfer qui réussit à m'angoisser à chaque fois et dont je ne me lasserai sûrement jamais, du coup j’espérais vraiment retrouver les mêmes sensations avec "Docteur Sleep" et j'ai ressentis certaines choses mais celles là non, dans les 100 premières pages je me disais que l'histoire mettait beaucoup de temps à s'installer, dans les 200 qu'il fallait que je sois encore un peu patiente, dans les 300 que cela commençait à faire long, et à la 400ème page j'avais envie de me laver le cerveau avec de la javel, alors je vous laisse imaginer mon état quand je suis arrivée à la dernière page !
Je ne sais pas ce qui a cloché avec cette suite, la sauce n'a prise à aucun moment et je me suis ennuyée du début à la fin.
L'intrigue part un peu dans tous les sens, entre les visions d'Abra, Dan qui tente de se sortir de son alcoolisme, les vampires, la secte de tarés, les parallèles avec "Shining"... C'est chargé et vu que je n'ai pas réussi à m'impliquer dans le récit j'ai vite été larguée, je lisais sans tout comprendre et je voulais juste arriver vite au dénouement (pas surprenant pour un sou) pour être débarrassée de cette lecture qui ressemblait plus à une corvée qu'à autre chose.
Et donc, je radote, mais le roman ne fait pas peur, je lisais "Docteur Sleep" la nuit sans problème alors que pendant ma lecture de "Shining" j'avais la vessie qui jouait des castagnettes et je gardais le bouquin fermé dès que le soleil se couchait, je n'ai eu qu'un petit frisson quand la morte de la chambre 217 fait son petit come-back et... c'est tout, une seul frisson en plus de 700 pages, c'est peu pour un livre d'horreur.

Je ne suis pas non plus convaincue par les créatures surnaturelles utilisées, vous aurez compris que je les trouve risibles mais aussi parce que j'aimerai vraiment que Stephen King arrête de nous gonfler avec les vampires, il nous a fait le coup avec Salem qui m'a déjà bien emmerdée mais en trouver dans un livre que j'attendais tellement me file des boutons, je n'ai jamais trop apprécié les vampires, je tolérais leur présence il y a encore quelques années mais le phénomène autour d'eux m'a définitivement lassée et les croiser quelques part maintenant, à par quelques rares exceptions, me fait directement lever les yeux au ciel, quitte à utiliser une créature fantastique autant faire preuve d'imagination ou d'en utiliser une méconnue plutôt que de nous ressortir pour la millième fois ces grands machins aux dents longues et à la peau blanche comme une merde de crémier, même s'ils sont présentés un peu différemment ici, cela ne fonctionne pas avec moi.

Sincèrement je ne sais pas trop comment parler de cette lecture, si je relève certains points qui me gênent globalement je n'ai pas été suffisamment marquée pour faire une chronique plus complète mais en même temps je n'aurais rien trouvé à sauver et j'aurais pu juste vous dire que j'ai détesté ce titre en long en large et que je l'ai en travers de la gorge.
Bref, "Docteur Sleep" a apparemment séduit bon nombre de lecteurs et j'aurais aimé que ce soit le cas pour moi aussi mais c'est de loin le titre de Stephen King qui m'a le plus déçue (enfin j'ai encore un bon paquet de ses livres à lire je peux peut-être trouver encore pire !) (Joie) et je préfère carrément oublier que "Shining" a eu une suite !
 

Ma note :
 

1 commentaire:

  1. Dommage que la sauce n'est pas prit... je n'ai pas lu Shining mais vu plusieurs fois le film que j'adore.

    RépondreSupprimer